metalworkingmag.fr
Sandvik Coromant News

UNE TECHNIQUE DE MODÉLISATION 3D POUR ACCÉLÉRER LA PRODUCTION DE VISIÈRES

Le leader de l'industrie transformatrice des métaux Sandvik Coromant a mis au point une technique novatrice de modélisation 3D qui permet d'imprimer jusqu'à 200 visières dans le temps qu'il faut normalement pour en imprimer une seule. Cette technique utilise un modèle de pile pour accélérer l'impression 3D de visières destinées aux soignants qui combattent le COVID-19. Sandvik Coromant diffuse son modèle gratuitement et encourage d'autres entreprises à l'utiliser pour booster la production de visières.

UNE TECHNIQUE DE MODÉLISATION 3D POUR ACCÉLÉRER LA PRODUCTION DE VISIÈRES

Les installations industrielles de Sandvik Coromant en Suède sont normalement destinées à produire des pièces complexes par la technologie de la métallurgie des poudres. Mais actuellement, la société met son savoir-faire et ses moyens de production par fabrication additive au service des acteurs de la santé en produisant des équipements de protection à l'aide d'une partie de ses imprimantes 3D fonctionnant avec des matières plastiques.

D'autres entreprises ont aussi commencé à produire des visières par impression 3D. Mais les imprimantes 3D ne peuvent imprimer qu'un fichier CAO à la fois, et cela rend la production lente. C'est pour résoudre ce problème que les techniciens de la division Pressage d'outils de Sandvik Coromant ont développé une nouvelle modélisation qui permet d'inclure plusieurs objets, en l'occurrence des visières, dans un seul et même fichier.

Pour cela, les techniciens ont dupliqué la modélisation 3D des visières de manière à créer une pile. Avec une imprimante 3D équipée de deux buses d'extrusion, de fins supports peuvent être fabriqués entre chaque visière de la pile. Ces supports sont constitués d'un matériau spécifique, soluble à l'eau, afin que les visières puissent être facilement séparées les unes des autres.

Grâce à cette méthode, Sandvik Coromant est en mesure de produire 42 visières simultanément dans chaque imprimante 3D alors qu'auparavant, chaque visière nécessitait une durée d'impression de 48 heures. Avec des imprimantes 3D de plus grande taille, cette technique permettrait d'imprimer jusqu'à 200 visières par lot.

Sandvik Coromant espère que son approche sera adoptée par d'autres entreprises équipées d'imprimantes 3D pour produire des visières. De fait, la société a déjà partagé son modèle 3D avec Protech, le fournisseur d'imprimantes 3D Stratasys en Scandinavie. Un autre distributeur d'imprimantes pour le marché des loisirs a, par ailleurs, diffusé le modèle dans son réseau.

« L'impression simultanée de plusieurs objets est la meilleure méthode pour les productions en grandes séries par fabrication additive », affirme Christian Dingfors, responsable production au sein de la division Pressage d'outils de Sandvik Coromant. « L'effort pour aider les soignants dans leur lutte contre le COVID-19 doit se poursuivre et nous apportons notre contribution en rendant la fabrication d'équipements de protection aussi efficace que possible. C'est aussi dans cet esprit que Sandvik Coromant met sa technique de fabrication et ses données à la disposition de toutes les entreprises qui souhaitent contribuer. Dans l'idéal, toute entreprise équipée d'imprimantes 3D pourrait participer. »

« Nous invitons ces entreprises à nous contacter si elles ont besoin d'aide pour déployer la production. Nous partageons volontiers les données 3D avec quiconque souhaite participer à l'effort collectif, y compris les TPE et les amateurs », conclut Dingfors.

Ayant obtenu plus de 3000 transparents pour rétroprojecteurs, plusieurs divisions de Sandvik Coromant ont mis leur capacité d'impression 3D à la disposition de la production de visières. La division Pressage d'outils, par exemple, a stoppé les productions non critiques de ses imprimantes 3D et 75 pour cent de sa capacité d'impression sont désormais consacrés à la fabrication de visières.

Les visières seront données gracieusement à des hôpitaux dans les régions de Sandviken-Gävle, Gävleborg et Stockholm. Sandvik Coromant espère par ailleurs que son initiative fera des émules dans l'industrie partout dans le monde.

Ailleurs, aux États-Unis, Wally Calayag, un technico-commercial Sandvik Coromant en Californie, s'est ému de la douleur causée par les élastiques des masques chirurgicaux aux oreilles de sa femme, infirmière dans un hôpital local, et des soignants en général. Il s'est alors procuré une imprimante 3D et des fichiers Open Source pour fabriquer des allonges de brides qui permettent de soulager la pression derrière les oreilles. Il lui a fallu peu de temps pour commencer à approvisionner l'hôpital de sa femme en allonges de brides, et son action a incité d'autres personnes à se joindre à sa cause.

« Sandvik ne tolère aucun compromis lorsqu'il s'agit de la sécurité des employés »
, indique André Larsson, technicien R&D au sein de la division Fabrication Additive de Sandvik Coromant. « Dans l'immédiat, nous pouvons contribuer à la sécurité du personnel médical et l'aider à accomplir sa tâche auprès des patients COVID-19. Nos vies dépendent des professionnels médicaux et nous ne pouvons pas les laisser se mettre en danger alors qu'ils sauvent des vies. »

www.sandvik.coromant.com

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)